Institut de Recherches Historiques du Septentrion

La thèse

Contact IRHiS : Corinne Hélin

Faire une thèse

Les études doctorales sont régies par l'arrêté du 25 mai 2016

Le Doctorat (bac+8) est le diplôme obtenu au terme de l’étape ultime des études supérieures structurées par le LMD. Il comporte à la fois la rédaction et la soutenance d’une thèse originale (de 300 à 500 pages en moyenne, avec des variations selon les disciplines) et une formation complémentaire obligatoire acquise à la fois dans un laboratoire de recherche et à l’École doctorale, validée par des crédits doctoraux.

L’accès aux études doctorales est sélectif.

Les candidatures retenues par les laboratoires sont examinées par le Conseil de l’ED et jugées en fonction de :

  • a qualité du cursus antérieur (une mention Bien ou Très Bien au master 2, une mention AB peut être acceptée dans certaines conditions).
  • de l’intérêt et de l’originalité du projet de recherche soigneusement rédigé par le candidat en 3 ou 4 pages (le cahier des charges est indiqué ci-dessous)
  • de sa faisabilité en 3 ans
  • de son adéquation avec la compétence du directeur de recherche et du laboratoire pressentis. De plus,  le directeur ne devra diriger plus de 8 doctorants. Le nombre de thèses co-dirigées ne devra pas excéder 4 (en plus des directions à part entière). Les co-encadrements par un maître de conférences non HDR seront limités à quelque soit l'université d'inscription du doctorant.
  • de la capacité de l’équipe d’accueil à constituer un milieu scientifique propice à un accompagnement collectif de la thèse
  • des perspectives d’insertion professionnelle dans le milieu scientifique ou socio-économique. Bien que provenant la plupart du temps d’une initiative individuelle, le sujet de la thèse, doit s’inscrire parmi les programmes de recherche d’un laboratoire, membre de l’ED.

C’est de ce laboratoire que relève le directeur de travaux du doctorant et c’est ce laboratoire qui les épaulera tous deux, en constituant un milieu propice au débat scientifique.

Il est essentiel que le candidat s’assure, avant même d’entamer son cursus, qu’il sera en mesure de suivre la formation exigée et de réaliser sa thèse dans les délais impartis. Des dérogations accordées par le Conseil de l’ED pourront éventuellement lui permettre de dépasser les 3 années prescrites, mais la thèse ne saurait excéder 6 années, même pour les salariés. En tout état de cause, la demande devra en être clairement justifiée. Afin d’éviter des abandons toujours regrettables, on ne saurait trop conseiller aux étudiants insuffisamment armés pour entamer une recherche, de se doter des compétences indispensables avant de s’inscrire en thèse ou de reporter la première inscription au moment le plus favorable pour mener la thèse à son terme.

Un master (ou diplôme équivalent)  à orientation professionnelle n'a pas pour vocation de conduire au doctorat ; toutefois si le candidat titulaire d'un tel diplôme peut justifier d'une compétence avérée en recherche (master pro avec formation optionnelle à la recherche, mémoire à orientation recherche, publications...), il pourra à titre dérogatoire déposer un dossier de candidature. Il en va de même pour les titulaires de diplômes professionnels et/ou diplômes étrangers autres que le master recherche.

L’inscription en doctorat est une décision importante qui doit être mûrement réfléchie. Le candidat doit s’assurer que les conditions matérielles et scientifiques seront réunies pour mener le projet à son terme, non seulement en ce qui concerne la thèse par elle-même, mais aussi en ce qui concerne la formation obligatoire. Le doctorant aura-t-il le temps de participer aux activités scientifiques de son laboratoire et de l’École doctorale ? Aura-t-il le temps de réaliser des productions en totale autonomie (articles et communications orales) ? Aura-t-il le temps de rencontrer régulièrement son directeur de recherche ? La charte des thèses précise les droits et les devoirs des protagonistes de la thèse : doctorant, directeur de recherche, directeur de laboratoire, Ecole doctorale.

Le projet de thèse de chaque candidat (en 3 à 4 pages) devra comporter :

  • Un intitulé (après vérification qu'il n'a jamais été traité)
  • Un état de l'art
  • Une problématique
  • Une présentation de la méthode envisagée
  • Le cas échéant, une présentation analytique du corpus choisi
  • Une  réflexion sur l'originalité nécessaire de la thèse envisagée
  • Une bibliographie

Les comités de suivi

Le comité sera composé d’au moins 2 membres, tous extérieurs à la direction de la thèse (enseignants-chercheurs, chercheurs ou experts) dont au moins 1 universitaire HDR. Ces membres seront désignés par le Conseil de l’ED sur proposition conjointe du doctorant, du directeur de thèse et du directeur de laboratoire.

Article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat : « Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s'appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l'entretien au directeur de l'école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse. Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement ».
En outre, le CST aura pour tâche de vérifier la cohérence du choix des formations, d’assurer leur suivi et d’encadrer la réflexion du doctorant sur son projet professionnel.

Le comité de suivi se réunira au moins une fois par an. A cette occasion le candidat présentera un bref état d'avancement des travaux qui comportera un volet scientifique, un volet formation, un volet compétences et projet professionnel. L’entretien pourra se faire par visio-conférence.Un bref compte-rendu individuel sera transmis par le comité à la direction du laboratoire et à la direction de l'école doctorale. Un formulaire standardisé sera élaboré à cet effet.
Ces rencontres annuelles ne se substituent pas aux entretiens organisés par les conseils des laboratoires au terme des deuxième et cinquième années du doctorat.

Le CST pourra se réunir en dehors de l’entretien annuel, à l’initiative du doctorant ou des autres membres.
En cas de besoin le doctorant pourra demander le respect de la confidentialité.

Ces dispositions concernent l’ensemble des doctorants, à l’exception de ceux dont la soutenance est prévue au cours de l’année 2017 (sauf demande spécifique).


En phase de transition, la composition des comités de suivi devra être transmise à l'école doctorale pour le 31 janvier 2017. Par la suite, la composition des CST sera incluse dans le dossier d’inscription, ainsi que la fiche d’entretien. Dans les cas de co-tutelles, la souplesse sera de rigueur.

Catherine Maignant
Directrice de l'ED SHS Lille nord de France

Les cotutelles

L’expérience internationale étant désormais un atout majeur pour un docteur, l’ED encourage les doctorants à faire leur thèse dans le cadre d’une cotutelle
Il s’agit d’effectuer la recherche sous la direction conjointe d’un directeur de recherche français et d'un directeur étranger, tous deux spécialistes du champ d’étude et de passer au moins un semestre dans le laboratoire étranger. La thèse et sa soutenance doivent faire apparaître une double compétence linguistique. Sous certaines conditions, le diplôme pourra s’adjoindre le label du Doctorat européen. L’ED recommande aux doctorants d’inscrire leur cotutelle dans le cadre d’axes prioritaires de leur laboratoire et/ou de programmes de recherche labellisés.

Procédure pour la mise en place d’une convention de cotutelle

Les partenariats

  • Programme ERASMUS
  • O.F.F.R.E.S (Organisation Francophone pour la Formation et la Recherche Européennes en Sciences humaines)

Le doctorat par VAE

Le diplôme (ou grade) de Docteur peut être obtenu par la voie de la Validation des Acquis de l’Expérience. Le doctorat concerné est le doctorat de recherche dans le cadre du système LMD, grade national dont la réglementation en formation initiale est fixée par l’arrêté ministériel du 7 août 2006.