Institut de Recherches Historiques du Septentrion

Projets achevés

HISPANORD


FWC-Fraud and Work…


VISUALL

Responsable : Mathias Blanc, chercheur contractuel CNRS, IRHiS

Ce carnet présente les avancées du projet de recherche VISUALL (2013-2017), lauréat de l’appel 2013 du programme Retour Post-Doc de l’ANR, qui propose à la communauté scientifique francophone une ouverture sur les débats interdisciplinaires en Allemagne et dans les pays de langue allemande ayant pour objet l’image, la visualité, les pratiques et cultures visuelles.`

=> pour en savoir plus

Mémoires croisées de la bataille : Malplaquet


MECOMA


Partenaire–ANR Fiduciae — "Pratiques et matérialités des relations marchandes : vers une dépersonnalisation? (XVIIIe-XIXe siècle)"

Coodinateur : Arnaud Bartolomei (Université Côte d’Azur – CMMC)
Partenaire : Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC – EA 1193), Université Côte d’Azur
Équipe de coordination : Arnaud Bartolomei, Matthieu de Oliveira, Fabien Eloire, Claire Lemercier, Nadège Sougy
Durée : 48 mois (01/01/2014 – 31/12/2017)

Le projet Fiduciae se propose de fournir, sur la base d’enquêtes empiriques, à la fois précises et ciblées, menées dans des fonds d’archives français, des éléments de validation formalisés et quantifiés de l’hypothèse d’une dépersonnalisation des relations entre commerçants en France et en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles (vers 1680-vers 1880). À travers ce prisme, il entend répondre à une série de questionnements relatifs à la spécialisation, à  professionnalisation, à l’anonymisation et au désencastrement des relations de commerce  autant de concepts trop souvent confondus et qui, bien que centraux dans les travaux d’économie néo-institutionnaliste autant que dans bien des réflexions actuellement développées en histoire et en sociologie économiques, n’ont jamais fait l’objet d’études historiques systématiques. Il s’appuie pour ce faire sur trois types de sources, dont d’importants échantillons seront intégrés à des bases de données et analysés de manière qualitative, mais aussi quantitative, lexicométrique, cartographique et prosopographique : un ensemble de 2 000 lettres circulaires imprimées, reçues par quatre grandes maisons de négoce françaises (Briansiaux, Greffulhe Montz, Veuve Guérin et Roux frères), une série de lettres d’entrée en relation d’importantes maisons de négoce françaises et un échantillon de procurations issu des archives notariales de Paris, Marseille, Lyon et Lille.
----------------------
The project Fiduciae aims at providing a formalized and quantified discussion of the hypothesis that relationships between merchants in France and Europe became less and less personal in the 18th and 19th centuries. This discussion will be based on a precise and systematic empirical investigation in French archives. The broad question of the personal character of commercial relationships will lead us to discuss the specialization, professionalization and (decrease in) embeddedness of commerce. While these concepts are more or less implicitly central in contemporary developments in economic history and economic sociology, they have never been systematically investigated. We will mostly use three types of sources for our quantitative, lexicometric, cartographic and prosopographic study : a series of 2,000 printed circulars received by four of the most important French merchant houses (Briansiaux, Greffulhe Montz, Veuve Guérin and Roux frères) ; a series of letters allowing us to trace the establishment of new relatioships between a panel of important French merchant houses and their correspondents ; and a sample of acts giving power attorney driven from the notarial archives of Paris, Marseilles, Lyons and Lille.

=> pour en savoir plus

La gestion des langues…


ANR — ACTAPOL "Acteurs et action politique en Révolution : les Conventionnels"

Responsable : Hervé Leuwers

 

Ce projet a été présenté dans le cadre des appels à projets de l'ANR (Agence Nationale de la Recherche), programme Blanc 2010, par Hervé Leuwers, Philippe Bourdin et Michel Biard.

Il a été reconnu officiellement en juillet 2010. La durée du projet est de 48 mois.

Toute recherche sur la Révolution française nécessite la consultation d'un grandnombre d'outils, notamment bibliographiques, biographiques et prosopographiques ; indispensables aux chercheurs français, ils le sont plus encore aux universitaires étrangers qui ne jouissent pas toujours des mêmes facilités que leurs homologues français pour accéder à certains ouvrages anciens, a fortiori aux sources elles-mêmes.

=> pour en savoir plus

ANR — M-Art "Marchés de l'art en Europe (1300-1800)"

Responsable : Sophie Raux

 

Depuis une vingtaine d’années, l’histoire du marché de l’art en Europe a connu un grand développement, grâce à la collaboration de chercheurs venant de différents domaines – historiens, historiens de l’art et économistes. Aujourd’hui, l’étude des conditions économiques et sociales du cadre de production des artistes et du jeu de l’offre et de la demande s’est imposée comme une des sources les plus fécondes de renouvellement de l’histoire de l’art, offrant encore de nombreuses perspectives d’approfondissement dans les années à venir.

Le programme Marchés de l’art en Europe : Émergence, développement, réseaux entend apporter une contribution significative à l’étude en plein développement de l’histoire des différentes formes du marché de l’art en Europe, en suscitant des collaborations internationales et interdisciplinaires. Il repose sur la constitution d’un groupe de travail associant historiens de l’art, historiens et économistes, comprenant actuellement quinze chercheurs venus de France, Belgique, Pays-Bas, Italie et États-Unis.

 

=> pour en savoir plus

ANR — CIRSAP "Circulation et construction des savoirs policiers européens (1650-1850)"

Responsable : Catherine Denys

 

Ce projet a été présenté dans le cadre des appels à projets de l'ANR (Agence Nationale de la Recherche), programme Blanc 2006, par Catherine Denys.

Il a été reconnu officiellement en septembre 2006. La durée du projet est de 36 mois

Contexte historiographique/Historiographical Framework

Longtemps confinée dans une histoire institutionnelle et juridique, l’histoire de la police française connaît depuis le début des années 1990 un mouvement de renouvellement, porté d’abord par les travaux de Jean-Marc Berlière sur la police de la IIIe République, et accompagné par les enquêtes des sociologues et politologues sur la police des temps présents. Par la suite, des historiens du XVIIIe siècle et du premier XIXe siècle ont proposé une relecture des institutions policières anciennes, en soulignant la diversité des acteurs et des institutions investies des pouvoirs de police, en relativisant le poids d’institutions présentées abusivement comme les seuls référents historiques de la police française, comme la Lieutenance Générale de Police de Paris ou le ministère de la police du Directoire et de l’Empire.

=> pour en savoir plus

ANR — EMEREN-O "Efficacité entrepreneuriale et mutations économiques régionales en Europe du Nord-Ouest (mi 18e-fin 20e s.)

Responsable : Jean-François Eck

=> pour en savoir plus

ANR — COMPTA "Les grandes réformes de la comptabilité publique : racines, techniques, modèles"

Responsable : Marie-Laure Legay

 

Ce projet a été présenté dans le cadre des appels à projets de l'ANR (Agence Nationale de la Recherche), programme Jeunes chercheuses et Jeunes chercheurs 2006, par Marie-Laure-Legay. Il a été reconnu officiellement en septembre 2006. La durée du projet est de 36 mois.

Les objectifs

  1. Élaborer un outil de travail évolutif à destination des chercheurs européens

    Faute de données heuristiques, les documents comptables produits par les États et leurs intermédiaires financiers entre le XVIIe et le XIXe siècle inclus ne sont pas exploités. La spécificité même de la comptabilité publique n’a jamais été reconnue : les historiens se sont essentiellement penchés sur la comptabilité des marchands, des banquiers et des industriels, fondée sur la technique dite de la partie double. Les techniques spécifiques de comptabilité publique (en recettes, dépenses, reprises), leur logique institutionnelle et politique, leurs failles, leur évolution… restent donc à ce jour méconnues des historiens.

    => pour en savoir plus