Institut de Recherches Historiques du Septentrion

D'AUFFAY—L’argumentation politico-juridique à la fin du Moyen Âge. Le Mémoire de Jean d’Auffay (1477-1478)

Responsable : Élodie Lecuppre-Desjardin (IRHiS, ULille)

Partenaires :

  • Louis De Carbonnières, Institut Histoire du droit (UMR 7184) ULille
  • Jonathan Dumont, Université de Liège
  • Kathleen Daly, The Open University (USA)



I. Résumé du projet
L’objectif de ce projet est d’étudier en profondeur le Mémoire juridique, historiographique et politique écrit entre 1477 et 1478 par Jean d’Auffay, un juriste artésien attaché au service de la duchesse Marie de Bourgogne. En défendant les droits de sa duchesse contre les attaques juridiques et militaires du roi de France Louis XI, Jean d’Auffay soulève plusieurs problèmes majeurs concernant l’émergence de la conscience d’État en France et dans les Anciens Pays-Bas à une période critique de leur histoire.
Ce projet s’inscrit dans l’axe Argumenter, Décider, Agir et permet d’informer les trois volets de ce groupe de réflexion. L’étude discursive du manuscrit totalement inédit, les objectifs de la commande qui a été faite par Marie de Bourgogne (légitimer son autorité sur des terres menacées par le roi de France Louis XI) en vue d’une prise de position diplomatique et d’une éventuelle action militaire, constituent les trois piliers de ce
futur travail.
L’hypothèse de départ est que Le Mémoire établirait un compromis entre plusieurs traditions juridiques, historiographiques et politiques antagonistes, celles du prince, de la noblesse et des villes. Ce mémoire a suscité un débat avec les juristes de la cour de France et notamment Guillaume Cousinot dont le manuscrit « riposte » est actuellement étudié aux Etats-Unis. La transcription et l’analyse du manuscrit de Jean d’Auffay viendra renforcer la compréhension de l’argumentaire politico-juridique à l’articulation du Moyen Âge et de la première modernité.
Le projet consistera en une édition critique de ce manuscrit dans son contexte d’écriture. C’est la raison pour laquelle, l’outil numérique sera essentiel afin d’évaluer la progression de l’argumentation mise en place et des décisions politiques prises en conséquence.
Dans la mesure où un grand nombre de manuscrits de ce Mémoire sont conservés dans la région Haut-de- France, et où les meilleurs spécialistes de ces questions sont des enseignants-chercheurs de l’Université de Lille, le projet a toute légitimité à s’élaborer à Lille.
A plus longue échéance, les manuscrits de ce Mémoire, dont on trouvera la liste en annexe, permettront de mettre en réseau les bibliothèques régionales autour d’une édition intéractive numérique. Les Archives du Nord pourront proposer une restauration du document à cette occasion.
Le projet mobilisera une méthodologie alliant trois approches rarement associées :
1. l’histoire de la construction de l’État dans le Nord de la France et les Anciens Pays-Bas sur le plan politique et juridique ;
2. l’étude lexicale des textes ; 3. l’histoire comparée (celle du Mémoire au regard de textes semblables en
milieux bourguignon, français et italien).

II. Le projet scientifique
1. Problématique
L’objectif de ce projet est d’étudier dans le détail le Mémoire juridique et politique écrit en 1477–1478 par Jean d’Auffay, juriste et conseiller de la duchesse de Marie de Bourgogne.
Après la mort de son père, Charles le Téméraire (5 janvier 1477), la duchesse Marie doit faire face à la révolte de ses sujets urbains et à la guerre avec la France. Ses droits à régner sont remis en question. Le Grand Privilège de 1477, résultat d’âpres négociations entre elle et ses sujets, rétablit une certaine stabilité politique en accordant davantage de place aux villes dans le gouvernement central. Au même moment, le Mémoire de Jean d’Auffay poursuit un objectif analogue – assurer la paix – en défendant, pour sa part, les droits de la duchesse contre les prétentions du roi de France Louis XI sur ses territoires. Pour y parvenir, un groupe de juristes dirigés par Jean d’Auffay est chargé de réunir et d’examiner une série de documents conservés dans les archives ducales. Le Mémoire est le résultat final de ce travail. Il est présenté devant le Parlement de Paris en 1478 contre les arguments que présente au même moment le juriste du roi de France, Guillaume II Cousinot.
Comme le Grand Privilège de 1477, le Mémoire d’Auffay cherche à restaurer la légitimité de la Maison de Bourgogne-Habsbourg sur ses terres en redéfinissant l’ordre politique et social des Anciens Pays-Bas. Mais si aujourd’hui le Grand Privilège est bien connu des chercheurs (2), le Mémoire de Jean d’Auffay attend toujours que son importance pour l’histoire diplomatique, juridique et politique de l’Europe au Moyen Âge tardif soit révélée.