Atelier de recherche — "L’art du fluide. Éthique et esthétique de la grâce contemporaine"

Séminaire

Coordonné par Th. Golsenne (IRHiS, ULille) et Sarah Troche (STL, ULille)

mardi 10 mai 2022
9h15-17h30
salle de séminaire de l'IRHiS (A1.152)

Résumé
Concept majeur de la théorie de l’art du XVIe au XIXe siècle, au croisement de l’éthique et de l’esthétique, la grâce semble avoir perdu de son aura au cours du XXe siècle et absente aujourd’hui des débats intellectuels sur l’art.
Nous proposons au contraire de montrer que la grâce reste un concept opératoire pour penser la création artistique, qu’il s’agisse d’arts visuels, d’arts du spectacle, de musique, de cinéma ou de littérature. Comprise autrefois comme une forme d’inspiration, un don, la grâce réapparaît chez les artistes qui décrivent leur oeuvre se faisant elle-même. Associée longtemps à la désinvolture, définie comme un art de cacher l’art, elle se manifeste chez les artistes dandys qui donnent l’impression de se méfier de l’effort. Liberté dans les règles, elle peut être évoquée par les artistes à protocole, tels John Cage, qui en faisait, avec la clarté, l’un des deux piliers de l’esthétique de la danse moderne.
Pensée dans un registre spirituel, on la retrouve chez les artistes qui se défient d’un monde devenu grotesque et cherchent une certaine innocence. Légère et fluide comme l’air, elle traverse les théories du flow devenues à la mode dans les domaines de l’art, de la psychologie ou du développement personnel. Insaisissable, la grâce se cache peut-être aujourd’hui sous d’autres noms.
Ce atelier de recherche se propose d’explorer ces différentes manifestations de la grâce contemporaine, en préparation d’un numéro de la revue Demeter (parution prévue début 2023).

=> Programme