Soutenance — "Les commandes artistiques de Stanislas Leszczynski (1737-1766). Un programme princier à la gloire de deux rois"

Soutenance de thèse

8 décembre 2023, 14h
salle F0.15, Bat. F, Maison de la recherche, Université de Lille, Campus du Pont-de-Bois, Villeneuve d'Ascq

Soutenance de Lucie Altorffer, Les commandes artistiques de Stanislas Leszczynski (1737-1766). Un programme princier à la gloire de deux rois

Le jury est composé :
       M. Patrick Michel, IRHiS, ULille, directeur de thèse
       Mme Cecilia Hurley-Griener, École du Louvre
       M. Laurent Jalabert, ULorraine
       M. Frédéric Dassas, Musée du Louvre
       M. Basile Baudez, PrincetonU

Résumé : Souverain des duchés de Lorraine et de Bar de 1737 à 1766, Stanislas Leszczynski fut à l’origine de nombreuses commandes architecturales, marquées par les évolutions stylistiques qui ponctuèrent cette période. S’y succédèrent, entre 1737 et 1750 environ, les formes les plus exubérantes de la rocaille et du rococo, l’assagissement caractéristique du milieu du XVIIIe siècle, suivi, dans les dernières années de vie du prince, par  l’émergence du renouveau classique. Au-delà de l’analyse formelle de ces oeuvres, cette étude porte sur la dimension programmatique des commandes artistiques du souverain, dont elle propose une lecture fondée aussi bien sur leurs caractéristiques stylistiques, que sur le contenu qui leur est attribuable. Les nombreux modèles employés par les artistes travaillant au service du Roi semblent avoir été choisis pour leur portée symbolique et politique autant qu’esthétique, et en fonction des groupes sociaux auxquels ils s’adressaient. Le discours de ce programme princier connut cependant un réel infléchissement à partir de 1750. La première décennie de présence du roi de Pologne dans les duchés fut en effet consacrée à la glorification personnelle du commanditaire. Après la paix d’Aix-la-Chapelle, le roi de Pologne mit son image renouvelée au service de celle de Louis XV et de la Maison de Bourbon. C’est enfin sur la réception de ce programme que porte cette thèse. L’art de cour mis en oeuvre par le souverain répondait à la nécessité de fidéliser la noblesse lorraine auprès de leur nouveau maître. Les commandes religieuses et les chantiers urbanistiques, plus particulièrement celui de Nancy, s’adressaient à un public plus large. L’image des deux rois magnifiés par ces commandes artistiques ne connut pas la même faveur, conduisant à la conclusion d’une réussite seulement partielle du programme mis en oeuvre par Stanislas Leszczynski en Lorraine.


X Facebook