Programmes en cours

L'IRHiS favorise l'émergence de programmes de recherche fédératifs, transversaux et ouverts à la pluridisciplinarité par des collaborations accrues avec les partenaires des universités régionales et de l'eurorégion, des conventions avec des instituts français et européens et des universités étrangères européennes et nord-américaine.

L'unité poursuit sa politique d'information et de veille systématiques sur les divers appels projets et favorise les réponses à ceux qui correspondent à ses thématiques et aux programmes émergents (ANR, Programmes collaboratifs européens : ERC…)

ISite 3i Cross-border Collaborations -> 2021-2022

Responsable : Béatrice Touchelay

Organized  in  collaboration  with  A.  Mukhopadhyay,  the  seminary aims to discuss the effect of the technical changes on the  control  of  the  circulation  of  goods  and  people  and  the  perimeter  of  sovereign  political  power.  The  transport  by  rail symbolized  the  de-­‐partitioning  of  the  European  continent,  even if the train has been relayed by car and plane, and by the web  and  social  networks  for  the  circulation  of  ideas  and  practices. How does Border resist these changes? 

The close collaboration between the IRHiS and the department of  Political  science  of  the  U.  Ghent  on  border  issues  (submission  of  a  TOURNESOL  project  in  2021)  has  led  to  the extension of this collaboration to the U. Kent by organizing this seminar.  It  would  delocalize  across  the  Chanel  the  FROD  doctoral  seminar  that  I  organized  at  Lille,  with  almost  2 doctoral  students  being  invited  and  the  others  following  via  zoom.  

=> pour en savoir plus

ISite -> 01/03/2019–30/11/2019 ; DiSyKnow -> 11/11/2019–01/05/2023

Responsable : Isabelle Paresys

Voir à ce lien

ISite Chaire d'excellence -> 01/07/2021–31/12/2023

Responsable : Thomas Serrier
Chaire : Roman Krakosky 

L’enjeu scientifique du présent projet et de la collaboration avec les équipes lilloises est d’analyser plus en profondeur ces voies alternatives vers la modernité dans la longue durée et à l’échelle de la région d’Europe centrale et orientale.

Il s’agit d’abord d’identifier les racines philosophiques de ces modèles et suivre leurs transformations depuis le 19e siècle. Il faudrait regarder sans doute de plus près les penseurs allemands comme Johann-Gottlieb Fichte ou Johann Gottfried von Herder qui s’opposent aux doctrines libérales qui conditionnent l’harmonie économique et sociale et l’amélioration du bien-être à l’élargissement des libertés individuelles et à la main invisible du marché. À la place, ces philosophes s’expriment en faveur d’un l’État interventionniste, auto-suffisant, centralisé et planifié. Les définitions allemandes de la nation marquent également durablement les manières de construire les « communautés imaginaires » (Benedict Anderson) en Europe centrale et orientale, et il faudrait restituer la filiation entre ces doctrines et leurs variations successives, du 19e siècle à aujourd’hui.


=> pour en savoir plus

Spécialiste des sociétés contemporaines et des régimes autoritaires en Europe centrale et orientale. Chercheur associé au Global Studies Institute (Université de Genève), j’enseigne depuis près de quinze ans (niveau L et M), actuellement à Global Studies Institute de l’Université de Genève(Master Russie-Europe médiane), à Sciences Po (Paris) et à l’Université Paris – Sorbonne (Paris).

=> Curriculum vitae

=> Publications

Convention attributive d'aide par la Fondation I-SITE ULNE au projet« CheMoECO - Les chemins vers la modernisation en Europe centrale et orientale » (R-CHAIRE-21-001-CheMoECO), lauréat de l'appel à projets Chaire d'excellence - 2ème vague 

LES STRATÉGIES DE MODERNISATION EN EUROPE CENTRALE À L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

Le laboratoire IRHiS–UMR 8529, relevant de l’École doctorale Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Lille, lance un appel à candidatures pour un contrat doctoral de 3 (trois) ans (36 [trente-six] mois), portant sur les stratégies de modernisation des pays d’Europe centrale à l’époque contemporaine.


ISite -> 01/09/2020–31/12/2021

Responsable : Yohann Morival (CERAPS)
Participant : Justine Faure (IRHiS)

La Guerre froide a longtemps été saisie par les oppositions militaires, politiques et idéologiques entre deux blocs, l’un décrit comme communiste, l’autre comme capitaliste. Les compétitions entre ces blocs ont été centrales dans le fonctionnement des organisations internationales comme dans le façonnement de la communauté économique européenne (CEE) puis de l’Union européenne (UE). Toutefois, l’accent mis sur les oppositions fournit peu d’éléments pour comprendre la transition post-Guerre froide et les conditions de possibilité d’une intégration rapide des pays d’Europe centrale et orientale dans une économie mondialisée et libéralisée. Le présent projet propose d’éclairer la mondialisation de l’économie en analysant les circulations économiques durant la guerre froide et leurs évolutions.

=> pour en savoir plus

ANR -> 01/10/2021–30/09/2025

Responsable : Béatrice Touchelay

À travers l’étude de la fabrication et des usages des chiffres comptables et des statistiques économiques produits par les administrations coloniales (El-Machat, 2009) et par les entreprises dans l’Afrique sous domination française (départements algériens, protectorats d’Afrique du Nord, territoires sous mandat et colonies) entre le début de la conquête de l’Algérie (début XIXe siècle) et les indépendances (années 1960), le projet entend pointer les spécificités des chiffres coloniaux (produits par les autorités coloniales et qui informent sur les flux et les ressources disponibles), pour interroger la place de l’État et celle de la quantification dans le processus de colonisation.  

=> pour en savoir plus

CROhn disease and Pollution of Soils (ANR)

ANR -> 01/10/2020–30/09/2024 

Responsables : Gower Corinne (Inserm UMR 1286 INFINITE ULille), Béatrice Touchelay (IRHiS, ULille)

Crohn's disease (CD) is a relapsing-remitting, chronic, inflammatory bowel disease (IBD) characterized by uncontrolled over-activation of the intestinal immune system. CD is not a rare disease; it affects over 3 million people worldwide (1.5 million in North America and 1.5 million in Europe, including 250,000 in France) and thus constitutes a major public health concern. In this context, we intend to determine whether the presence of pollutants in the outdoor environment is a risk factor for CD. 

=> pour en savoir plus

Le projet "CROPS" ayant pour objet: "Influence des facteurs écologiques, historiques et environnementaux dans la maladie de Crohn" a été sélectionné par l' ANR dans le cadre de l'appel à projets intitulé "Appel à projets générique 2020". 

=> pour en savoir plus

Les partenaires

=> pour en savoir plus

Cultures politiques quotidiennes (ULille)

Projet de soutien à l'internationalisation-UdL -> 28/03/2017–30/11/2019 

Responsable : Christopher Fletcher (IRHiS, CNRS)

Quelles étaient les idées politiques de la majorité de la population européenne à l’orée de l’époque moderne ? Quelles influences avaient-elles sur la vie politique à l’échelle d’un royaume ou d’une principauté ? Si la diffusion à l’échelle européenne de la pensée politique érudite est bien attestée entre le XIIIe et le XVe siècle (par le biais du droit romain et des traités scolastiques, par exemple), et si les historiens se sont récemment penchés sur la culture politique populaire à la fin du Moyen Âge (notamment lors des révoltes), il s’est avéré difficile de montrer l’influence soit de l’un soit de l’autre sur la pratique politique quotidienne et les politiques concrètes des états émergents de cette période. Les travaux historiques ont bien révélé de manière anecdotique qu’une telle interaction entre cultures érudites, cultures populaires et pratique politique a bien eu lieu, mais il a été jusqu’alors impossible d’explorer systématiquement la nature de cet échange, voire de comparer les manifestations diverses de ces phénomènes dans différents espaces européens.

Ce projet propose de réunir ces champs de recherches par le biais d’une étude comparative concentrée sur l’Europe du Nord-Ouest, mais qui ferait également intervenir des meilleurs spécialistes de la culture politique populaire partout en Europe. Il se base sur deux méthodes jusqu’alors difficile à appliquer à l’Europe de la fin du Moyen Âge : l’analyse informatisée du discours politique au niveau local et princier et l’analyse de la culture matérielle comme source d’idées politiques. Ces deux méthodes réunies permettront de présenter une nouvelle vision de la culture politique européenne, qui n’est pas seulement la création des élites, mais également celle du peuple.

Ce projet s’appuie à la fois sur les compétences mondialement reconnues de l’université de Lille-SS et de l’IRHiS (UMR 8529) dans l’histoire de l’Europe de Nord-Ouest, dans l’histoire urbaine et la culture matérielle et visuelle, ainsi que sur l’expertise du porteur du projet (C. Fletcher) dans l’application de l’analyse informatisé du discours médiéval.

Ayant fait l’objet d’une candidature à un appel « Consolidator Grant » de l’European Research Council (retenu pour l’entretien mais non pour la sélection finale) le soutien de l’université de Lille permettra de proposer ce projet dans une forme augmentée et améliorée à un appel Marie Curie ITN (International Training Networks), ANR PRCI (Projet de Recherche Collaborative International) ou ERC Advanced Grant. Il permettrait également de développer une collaboration appuyée avec l’université de Lille-Sciences et Technologies (CRIStAL–UMR 9189). Nous chercherons également à développer des collaborations en matière de linguistique de corpus et d’analyse de textes médiévaux avec les laboratoires CECILLE et ALITHILA de Lille-SHS. 

I. La validation et développement d’un projet ERC par un réseau international

Le soutien de l’université de Lille « Internationalisation » permettra d’organiser trois rencontres visant à développer cette candidature européenne. Ils s’organiseront autour de trois thématiques distincts : « Pratiques politiques quotidiennes » (sept. 2017), « Images politiques quotidiennes » (mars/avril 2018) et « Langues politiques quotidiennes » (mars/avril 2019), dans la perspective d’un dépôt de candidatures aux fonds européens courant 2019.

Ces rencontres serviront à définir les priorités scientifiques du projet et de les situer dans l’état de l’art de la recherche sur la culture populaire (urbaine et rurale) et la culture politique, en Europe du Nord-Ouest et au-delà. Ils feront intervenir des chercheurs des universités britanniques, belges et allemandes avec lesquels le porteur du projet a déjà pris contact, notamment aux universités de Cambridge, Oxford, Birmingham, St Andrews et York (RU), d’Anvers, Gand, Louvain (KULeuven) et Bruxelles (VUB), et de Mainz, Bielefeld et Francfort. Ils feront intervenir à la fois des chercheurs expérimentés et des jeunes chercheurs (doctorants et docteurs récents). 

II. Le développement d’une collaboration entre l’IRHiS (Lille-SHS) et CRIStAL (Lille-Sciences et Technologies)

Le porteur de projet a déjà travaillé sur l’application des outils du TAL en partenariat avec l’UPS 2259 (Cultures, Langues, Textes) du CNRS Villejuif. Le soutien de l’université de Lille permettra à la fois de développer cette méthodologie en le donnant une nouvelle dimension (base de données visuelle d’objets de la vie quotidienne) grâce à de nouvelles collaborations avec l’UMR CRIStAL (Lille-Sciences et Technologies).

III. De mener à bien une étude de faisabilité dans les archives municipales de Lille et de Mons, et de numériser des registres publiés des villes de Gand et de Coventry

Ce projet innove dans l’application des outils numériques à des documents et des objets longtemps considérés comme impossibles à analyser par ordinateur. Pour convaincre, il est nécessaire de faire preuve de faisabilité en menant à bien et en publiant des travaux préliminaires sur des objets qui seront considérés à plus grande échelle dans la candidature européenne. Le porteur du projet a déjà publié des résultats préliminaires sur des documents d’origine anglaise (voir références ci-dessous). Le soutien de l’université de Lille « Internationalisation » permettra de montrer l’efficacité de telles techniques appliqués à des registres de délibérations en langue française préservés à Lille et à Mons, et de faire des études plus approfondies des registres publiés en moyen néerlandais (Gand) et moyen anglais (Coventry), qui nécessitent un travail préalable de numérisation et d’étiquetage numérique. Il permettra également de mettre les premiers jalons d’une base de données d’objets trouvés, également étiquetées, en se basant d’abord sur les catégories d’objets définies par le site britannique Portable Antiquities Scheme.

  • 14-16 novembre 2018 — Colloque Objets politiques quotidiens du Moyen Âge à nos jours
    => programme

  • 21 septembre 2017 — Journée d'études Pratiques politiques quotidiennes (France, Angleterre, Pays-Bas,) au Moyen Âge et aujourd'hui
    => programme

Rapports

Espaces et limites de l'innovation médicale (ISite, Institut Pasteur de Lille)

ISite, Institut Pasteur de Lille -> 08/10/2020–21/12/2023

Responsable : Gabriel Galvez-Behar

Le projet proposé entend promouvoir une réflexion sur la maîtrise de l’espace comme facteur de l’innovation médicale. Il cherche à comprendre comment l’inscription du savoir médical dans un environnement local est un levier d’innovation grâce à la maîtrise de ressources matérielles et sociales. Ces dernières permettent de prendre des risques pour repousser des limites épistémiques et aussi pratiques. Le terrain du projet porte essentiellement sur le site lillois au sens large entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe afin d'identifier des dynamiques de long terme. En effet, les différents volets du projet portent sur 1°) l'histoire de l'Institut Pasteur de Lille, 2°) les débuts de l'industrie de la désinfection, 3°) la clinique psychiatrique d'Esquermes, 4°) le dispensaire Émile Roux en lien avec les recherches déjà menées sur la maladie de Crohn.

Objectifs : L'objectif principal du projet est de mettre en évidence des dynamiques de long terme quant à l'inscription de nouvelles modalités de recherche médicale à l'échelle du site lillois. L'un des livrables attendus est une recherche doctorale sur l'Institut Pasteur de Lille grâce à l'exploitation d'archives inexploitées. Les autres recherches doivent permettre de mettre en évidence un éco-système plus large et d'analyser les modalités de sa permanence. Elles pourront donner lieu à une publication commune.

En dépit des travaux existants en histoire de la santé, peu de travaux ont porté sur le site lillois. L'exploitation d'un corpus archivistique inexploré doit permettre d'apporter des connaissances nouvelles sur les institutions étudiées. L'approche méthodologique, insistant sur l'inscription spatiale des innovations en terme d'organisation de la recherche médicale, est aussi inédite. Enfin, le projet est également inédit dans la mesure où il permettra une structuration des travaux en histoire de la santé tant au sein du laboratoire IRHIS qu'avec les institutions partenaires (autres laboratoires SHS de l'Université de Lille, Institut Pasteur de Lille, CHRU).

Le cœur du partenariat impliquera l’IRHIS et l’Institut Pasteur de Lille qui accepterait de financer 25 % du projet environ à hauteur de 30 k€. Cependant tous ces projets visent à créer une dynamique collective pouvant impliquer, par exemple, le CHRU. On notera notamment le partenariat existant avec la Société française d’histoire des hôpitaux et l’Association du musée hospitalier régional de Lille. Par ailleurs, le partenariat pourra être étendu à d'autres laboratoires de sciences humaines également intéressés par l'histoire de l'innovation médicale. Le projet participe donc d'une structuration au sein de l'Université de Lille et, plus largement, à l'échelle de l'I-SITE.

Le projet, reposant en partie sur une thèse durera jusqu'en 2023 (pour un lancement à l'automne 2020). Le rythme des étapes sera annuel.

18-19-20 novembre 2021 — Colloque L'innovation médicale et hospitalière, hier, aujourd'hui, demain. Technologies, chercheurs et patients (Lille/Lessines)
      organisé par la Société Française d'Histoire des Hôitaux, IRHiS–UMR 8529 (ULille, CNRS), CHRU Lille, Association du musée hospitalier régional de Lille, Société belge d'histoire des hôpitaux, Hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines (Belgique)

1er juin 2021 — Projet VINTEX, Workshop Analyse croisée de la correspondance d’une pensionnaire de maison de retraite atteint de démence sénile
      responsables : Marie Derrien, Claire Barillé (IRHiS)

CPER MAUvE TR3 -> 01/01/2015–21/12/2018 ; CPER MAUvE TR5 -> 01/01/2019–21/12/2022 ; MESHS -> 01/02/2019–15/11/2019 ; Consortium3D -> 24/03/2020–31/11/2023 ; DRAC HdF -> 1/10/2021–31/09/2022

Responsables : Marc Gil (IRHiS, ULille), Pierre Hallot (ULiège)

Voir à ce lien

Droit & Justice -> 16/11/2020–15/05/2024 ; ANR -> 1/09/2021–1/09/2024

Responsable : Marie-Laure Legay

 

Le projet FermGé  vise à étudier l’impact d’une organisation fiscale (1664-1794), discriminante mais rationnelle, sur les territoires et les sociétés de la France moderne. Il cerne les dynamiques de fonctionnement d’une institution ancrée dans une culture du privilège et donc de l’inégalité, mais tout autant dans une culture administrative éclairée visant l’efficacité. Véritable « Etat dans l’Etat », omniprésente à des échelles diverses et sur des territoires très différenciés pour collecter près de 50 % des revenus ordinaires de la monarchie, dotée de moyens exceptionnels de coercition, mais capable de transactions, la Ferme générale a localement renforcé ou affaibli le sentiment d’injustice à l’interface avec les sociétés plurielles sur lesquelles elle agit. La  confrontation entre une logique gestionnaire éclairée par une science administrative nouvelle d’une part, et des identités géographiques et sociales plurielles généra des réactions qui se déclinèrent en pratiques et discours pluri-sémantiques sur l’inégalité, allant jusqu’à la radicalisation violente.

=> pour en savoir plus

GT Notre Dame de Paris (CNRS)

CNRS ->2020–2022 

Responsable : Yves Gallet (Ausonius, Bordeaux)
Partenaire : Élise Baillieul (IRHiS)

 

Pour tenir compte des besoins et demandes exprimés par la MOE, ainsi que des difficultés d’accès à l’édifice, le GT Pierre a entrepris de réorienter son approche de la cathédrale Notre-Dame. 

Plutôt qu’une étude systématique de l’édifice fragmentée entre différentes spécialités, nous proposons, de manière plus pragmatique, une approche ciblée d’une partie de la cathédrale, à aborder sous l’éclairage croisé des spécialités réunies au sein du GT Pierre.  

Il est souhaité que cette approche permette un travail commun avec le GT Structure (étude de fonctionnement mécanique sur une travée courante) et le GT Numérique (modélisation de la voûte), en articulation avec les expertises en cours au LRMH, par le biais d’une harmonisation des protocoles d’analyse. 

Le projet d’étude concerne les travées doubles 3 et 4 de la nef (voûtes 29-32 et 25-28), qui ont le plus souffert de la chute de la flèche lors de l’incendie, et ont donc produit un lapidaire abondant. Le voûtain oriental de la double travée 3 et le voûtain occidental de la double travée 4 se sont effondrés, le voûtain nord-est de la travée 3 a été percé : le lapidaire récupéré au sol et entreposé sous les barnums peut fournir des informations directement utiles à la MOE.

=> pour en savoir plus

Deux ans après l’incendie, Notre-Dame est le théâtre d’une gigantesque enquête scientifique menée pour percer les secrets de la cathédrale et aider à sa restauration.
Dans ce film publié avec LeMonde.fr, découvrez comment les chercheurs font parler la pierre et le fer pour comprendre comment les bâtisseurs sont parvenus à ériger une cathédrale bien plus haute que ses contemporaines.

Élise Baillieul, maîtresse de conférences Histoire de l'Art du Moyen Âge IRHiS–ULille, participe au groupe de travail "Pierre" piloté par Yves Gallet, professeur d'histoire de l'art médiéval à Ausonius-Bordeaux

Vidéo

Highlighting EnviROnmental features in epidemic areas of Crhhn's disease (Fondation DigestSciences)

Fondation DigestSciences -> 02/07/2018–30/06/2023

Responsable : Corinne Bower (CHRU, ULille)
Partenaire : Béatrice Touchelay (IRHiS)

 

Crohn’s Disease (CD) is a chronic disease with unknown cause, evolving in a relapsing-remitting pattern, characterized by an uncontrolled over-activation of the intestinal immune system.  It is a multifactorial disease implicating genetic and predominately environmental risk factors. Urbanization of societies, diet change, hygiene status, change in farming practice, pollution and microbial exposures have been implicated as potential environmental risk factors for CD. Different changes in environmental factors might occur in various geographical areas and populations; consequently, it is important to consider both the heterogeneity and the common history of risk factors in “epidemic CD areas”. Using the world’s largest population-based study on CD incidence (EPIMAD Registry), we identified in Northern France 4 clusters of very high incidence of CD, considered as “epidemic areas of CD”, including a total of 2 310 CD patients. Epimad Registry only reports data at the time of CD diagnosis and currently includes near of 20 000 CD incident cases since 1988. The excess risk presents in these areas could be due to some variations in life style, economic, social and cultural context, as linked to exposure of pollutants. Therefore, the analysis of these clusters represents a great opportunity to identify new environmental etiological factors of CD.

=> pour en savoir plus

Accord de consortium

Convention

DRAC Hauts-de-France -> 01/01/2018–15/11/2018 ; MESHS -> 01/09/2018–15/11/2018 ; ISite -> 01/10/2020–16/06/2021

Responsable : Christine Aubry

Voir à ce lien

ISite 3i Cross-border Collaborations -> 2021-2022

Responsable : Marjorie Meiss

IN:FaTE Dover is a new research network formed through the partnership of IRHiS Lille, Art History Dpt. UGent, and Art History Dpt. Kent University. The network focuses on fashion and textiles in Northern France, Flanders and South East England (regions bordering the Strait of Dover) from 1500 to 1950. The network aims to strengthen ties, foster collaborations, and share research between professors, postdocs, PhDs, and students at all three institutions who work on related research.

=> pour en savoir plus

Les Mots de l'Europe (ISite)

ISite -> 01/09/2020–31/12/2021

Responsable : Thomas Serrier

Le sentiment actuel de délitement de l'Union européenne découle largement d’une rupture cognitive fondamentale, liée à l’affaiblissement de l’utopie téléologique qui a sous-tendu la construction européenne jusqu’aux élargissements de 2004. De  fait,  la  simple  possibilité d’envisager un « après l’Europe » (Ivan Krastev, After Europe, Penn, 2017) modifie profondément la perception du passé européen, en reposant la question de l’actualité, de la validité  et  de  l’adéquation  -­‐  à  tout  ou  partie  de  l’espace  européen  -­‐  de  projets  et  de  conceptualisations  formulés  au  cours  de  l’histoire  (Europe  des  Lumières,  des révolutionnaires, des utopistes, des « patriotes », etc.). Font également retour, à rebours de toute  pensée  de  la  convergence,  les  divisions  géo-­‐historiques  persistantes  (Europe  atlantique,  division  Est-­‐Ouest  et  Nord-­‐Sud,  « trois  Europe »,  anciens  empires  continentaux et/ou ultramarins -­‐ « petites » nations, etc.), pourtant censées s’atténuer dans le processus « d’intégration » -­‐ que ce soit après 1945-­‐50 ou depuis 1989. 

=> pour en savoir plus

  • 27 septembre 2021 — Maison Européenne de Bruxelles — Workshop European Concepts Online
    => programme

ISite 3i Cross-border Collaborations => 2021-2022

Responsable : Gaëtane Maës

The aim of the project is to build a network of collaboration between art historians from the University of Lille and the University of Kent.

=> pour en savoir plus

Pour une approche historique des vulnérabilités enseignantes dans la classe et hors la classe (INSPE)

INSPE Lille-HdF -> 01/01/2021–31/12/2022

Responsable : Jean-François Condette

Dans la suite des projets soutenus sur les parcours des élèves en contextes et sur les modalités de leur inclusion dans le système scolaire tel qu’il se définit depuis le début du XIXe siècle (2016-2018), dans la continuité du projet de 2019 qui portait plus largement sur les vulnérabilités éducatives mais qui n’a pas été développé entièrement (Covid-19), ce projet veut réduire la focale sur les seul-e-s enseignant-e-s pour analyser, au plus près des sources, les formes de vulnérabilité qu’ils rencontrent, à la fois dans le primaire et dans le secondaire, sur cette longue durée (XIXe siècle-années 1980): vulnérabilité, passagère ou durable, liée à des difficultés de gestion de la classe, à des difficultés scientifiques, pédagogiques ou didactiques, mais aussi difficultés davantage « institutionnelles » liées aux contextes politiques changeants. Il s’agit aussi d’étudier la manière dont l’institution gère ces vulnérabilités, en réformant la formation initiale, en mettant en place de la formation continue alors qu’elle peut aussi user du déplacement d’office ou du licenciement. A l’évidence remédier à ces vulnérabilités enseignantes favorise l’inclusion des élèves.  

=> pour en savoir plus

RUINES-Les usages politiques et sociaux des ruines de guerre… (ANR)

ANR -> 01/10/2019–31/12/2023

Responsable : Stéphane Michonneau

Le projet RUINES se propose d’analyser l’évolution des usages sociaux des ruines de guerre comme moteur et symptôme d’un régime d’historicité caractérisé par la construction d’événements guerriers en repères d’une contemporanéité essentiellement catastrophique et traumatique. L’hypothèse centrale est que la relation qu’établissent les sociétés aux vestiges de guerre dit quelque chose de leur mode de relation au passé (Rousso 2007). Récemment, le bouleversement de la relation au passé a érigé les ruines de guerre en lieux de mémoire, comme celles démantelées pour être exposées dans des musées (Musée d'histoire de Nantes) ou distribuées en reliques (le mur de Berlin). Partout en Europe, les ruines ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en rendent possible la formulation et en balisent les modalités d’expression. L’originalité de notre approche réside dans sa focalisation sur des cas à grande échelle qui permet de saisir finement l’impact des ruines sur la vie quotidienne, la multiplicité des usages, notamment politiques, et les politiques de patrimonialisation mises en œuvre autour de ces objets. Elle permet en outre de considérer des traditions mémorielles régionales en insistant sur le jeu d’échelles entre États, régions, municipalités et sociétés civiles, dans un contexte d’internationalisation des commémorations.

=> en savoir plus

RUSKURD (ANR Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs (JCJC))

ANR Jeunes Chercheuses et Jeunes Chercheurs (JCJC) -> 01/10/2018–31/12/2021

Responsable : Étienne Peyrat (Science Po Lille, IRHiS)

À l’heure où la Russie effectue un retour remarqué dans la politique moyen-orientale, l’objectif de ce projet  est  d’étudier  une  des  dimensions  les  plus  persistantes  et  paradoxales  de  cette  politique,  la  relation russo-kurde. Dès les premiers contacts politiques et militaires de la Russie avec le Caucase et Moyen-Orient, au  XIX​e  siècle,  les  Kurdes  ont été perçus par les dirigeants russes comme un groupe central de l’échiquier  régional  [Leezenberg,  2015].  Russes  puis  Soviétiques  ont été les inventeurs d’une « kurdologie », pratique autant que théorique, d’abord élaborée en lien avec l’utilisation des Kurdes comme auxiliaires et irréguliers dans  le  cadre  des  guerres  aux  confins  de  l’Empire  [Averjanov,  1900 ;  Lazarev,  1972].  Mais  cet  intérêt  permanent n’a eu d’égal que la versatilité des politiques russes envers les Kurdes. Craints comme auxiliaires ottomans  dans  les  brigades  ​Hamidiye  après  1891  [Klein,  2011],  utilisés  pendant  la  Première  Guerre  mondiale,  puis  à  différents  moments de la Guerre froide au Moyen-Orient (années 1940-1970), les Kurdes ont aussi été abandonnés à de multiples reprises, par un allié qu’ils considéraient eux-mêmes souvent comme encombrants​ ​et​ ​contre​ ​lequel​ ​ils​ ​ont​ ​pu​ ​se​ ​retourner​ ​[Gorgas,​ ​2007].  

=> pour en savoir plus

Santé et Environnement (ISite)

ISite -> 0/10/2019–01/05/2023 

Responsable : Béatrice Touchelay

La proportion des décès dans le monde attribuable à l’environnement était de 23% en 2016 et à elle seule la pollution de l’air serait responsable de 3,7 millions de décès en 2012 d’après l’OMS. Plus spécifiquement, la Région des Hauts-de-France est marquée par son histoire industrielle (extraction charbonnière, carbochimie, métallurgie, textile…) et par les guerres mondiales. A ce jour, elle abrite 12% des usines SEVESO nationales et son atmosphère est la plus polluée de France après Marseille et Paris. La production agricole y est intensive, diversifiée (betteraves, blé, orge, maïs, pommes de terre, houblon, endives, lin …) (http://www.hautsdefrance.fr/agriculture/) et repose sur l’utilisation d’engrais et pesticides. Six millions de personnes y habitent soit près de 10% de la population française et c’est la seconde région la plus jeune après l’IDF (32% des habitants ont moins de 24 ans). Le territoire est contrasté. Il comporte 32% de zones rurales, 41% de zones urbanisées et 27% de zones périurbaines. L’inégalité sociale et le chômage sont importants. De plus, de nombreuses pathologies sont plus fréquentes que dans le reste de l’hexagone (cancer, maladies cardio-vasculaires, diabète, obésité, maladies inflammatoires …). L’espérance de vie est inférieure à la moyenne nationale (source INSEE).  

=> pour en savoir plus

  • Rapport 25 avril 2021 — Pour soutenir les recherches effectuées par Léo Heuguebart, qui concentre ses recherches sur les clusters du département du Nord (Archives départementales du Nord), Corinne Gower et Béatrice Touchelay ont répondu avec succès à un appel de l'Association François Aupetit lancé en 2020 qui permet de financer une collaboratrice (Sophie Poisson) chargée du dépouillement des dossiers des activités "polluantes" (dossier des enquêtes de commodo et incommodo et des établissements présents dans la base BASIAS aux archives départementales du Pas-de-Calais. La recherche va se prolonger deux ans (2020-2022). Menée en étroite collaboration avec l'équipe des SHS, elle a permis de pointer les" imperfections" des bases de données utilisées pour repérer les établissements et les polluants. Les motifs et surtout les effets des lacunes de ces bases pour la recherche historique des caractéristiques de l'environnement des clusters, tant de la maladie de Crohn que de l'insuffisance rénale chronique nous oblige à revoir certaines de nos méthodes et à approfondir les recherches aux archives. Le recrutement d'un spécialiste des données socio-éco et démographiques financé par l'Université de Lille et par l'ANR CROPS, l'implication du Pr de géographie qui connait bien le terrain du Nord, Anne-Peguy Hellequin en 2020 ont permis d'élargir les questionnements aux caractéristiques démographiques  et sociales des clusters. Cette collaboration continue en 2021. Léo Heuguebart et Hugo Michel préparent un article pour une Revue scientifique à comité de lecture en SHS pour présenter leurs méthodes et les attendus de la démarche. Les caractéristiques de l'agriculture des territoires environnant les clusters vont également être examinées, ce nouveau chantier est ouvert par Léo Heuguebart pour l'année en cours. En terme de bilan, il est un peu tôt pour apporter des éléments probants. Nous avons constaté sans surprise que la recherche aux archives était très exigeante en terme de temps et d'autant plus que ce que nous attendions comme précisions des bases de données laisse à désirer. La diversité des territoires qui constituent des clusters n'arrange rien... La région de Lille est actuellement en cours d'examen, elle se démarque clairement d'autres zones déjà étudiées et nous allons sans doute beaucoup apprendre des contrastes qui seront constatés en croisant les résultats des différents clusters.

SIMILAR-La gestion des langues et des cultures comme facteur de compétitivié international des PME (Interreg, ULille)

Projet de soutien à l'internationalisation-UdL -> 2017-2018 ; Interreg -> 01/01/2019–31/12/2022

Responsable : Thomas Beaufils (IRHiS)

La problématique générale part du constat, sans cesse réitéré, de la difficile insertion des PME sur les marchés transfrontaliers et questionne, parmi les barrières intangibles limitant l’accès aux échanges et l’intégration commerciale, le rôle joué par les obstacles culturels et linguistiques[1]. Ce faisant, elle se propose de réactiver des démarches déjà initiées par la Commission européenne au cours de deux enquêtes : l’enquête ELAN[2], évaluant l’incidence du manque de compétences linguistiques sur la compétitivité des PME européennes, et l’enquête PIMLICO[3], aboutissant à l’élaboration des composantes d’une stratégie linguistique capable de renforcer l’avantage concurrentiel des firmes.

Ce projet s’inscrit dans le Programme de Coopération porté par la Stratégie Interreg France-Wallonie-Vlaanderen 2014-2020. Il vise à constituer un rapprochement et une collaboration entre des enseignants-chercheurs de l’Université de Lille et de la HoGent, Haute Ecole de Gand, en vue de répondre au troisième appel Interreg qui sera lancé au printemps 2017. Le thème privilégié s’insère dans l’axe 2 de la Stratégie : accroître la compétitivité transfrontalière, avec pour objectif : créer, valoriser et mutualiser conjointement des dispositifs de développement et d’accompagnement des PME à l’accès aux marchés.

Dans le contexte régional, il s’agira d’apporter des éléments novateurs pour aider à la compétitivité des PME et de convoquer les connaissances linguistiques et interculturelles au service de la Stratégie Europe 2020. En effet, ces compétences sont rarement désignées comme facteurs de compétitivité par les entreprises, faute de sensibilisation et aussi de moyens, alors que sur le terrain scientifique elles sont jugées suffisamment opérationnelles pour attirer l’intérêt des économistes[4] et des gestionnaires[5]. Le périmètre des PME étudiées pourra comprendre des entreprises spécialisées dans la production de biens matériels tout aussi bien que dans la production  de services : entreprises patrimoniales, tourisme, innovations technologiques…

Le projet s’articulera en 3 phases principales : mener une enquête auprès des PME transfrontalières, développer un instrument d’audit linguistique et culturel, proposer un plan d’action en matière de gestion linguistique et culturelle. À ces phases, sera associée la construction d’outils pouvant prendre la forme de logiciel en ligne pour l’audit linguistique et la mise en place d’un site internet, servant de référentiel pour la définition des plans d’action, de manière à aider les entreprises à évaluer leurs besoins et à construire une stratégie adaptée en association avec leur projet de développement international.

Afin d’optimiser la valeur du projet au regard de ses retombées régionales, on sollicitera la coopération de la CCI International Nord de France, des pôles de compétitivité régionaux, du réseau J’innove, la Plaine-Images (Tourcoing), EuraTechnologies, la Métropole Européenne de Lille (MEL) ; des partenariats Université-entreprises dont celui développé par l’UFR des Langues Étrangères Appliquées (LEA) de manière à cibler les secteurs désignés comme étant les plus pertinents. Il serait également utile de consulter les services économiques des ambassades, ainsi que des opérateurs d’Etat tels que AtoutFrance et BusinessFrance et des élus locaux ainsi les acteurs économiques belges tels que par exemple la province de Flandre occidentale (cf. réseau « Ambassadeurs. Het zit in ons »)


[1]     Mayer, T., Ottaviano, G. I.P., 2007, The happy few: the internationalization of European firms. New facts based on firm-level evidence, BRUEGEL Blueprint Series, Volume 3, Brussels. EIM, 2010, Internationalisation of European SMEs, European Commission, Directorate-General for Enterprise and Industry

[2]     Hagen, S., et al, 2006, ELAN: Effects on the European Economy of Shortages of Foreign Language Skills in Enterprise, London: CILT, Report prepared for European Commission, Directorate General for Education and Culture

[3]     TIPIK and SEMANTICA LTD, 2011, Report on Language Management Strategies and Best Practice in European SMEs: The PIMLICO Project, European Commission, Directorate General for Education and Culture.

[4]     Carrère, C., Ginsburgh, V., Melitz, J., Masood, M., Grin, F.,2016, L'impact économique des langues, Carrère, C (dir.), Ferdi - Economica, Paris, 116 p.

[5]     Piekkari, R., Welch, D. E., Welch L. S., 2014, Language in international business. The multilingual of business expansion, Edward Elgar Orthampton.

[6]     Voir par exemple Flamant, F, 2002, Une anthropologie des managers, PUF ; Behr I., Hentschel D., Kauffmann M., et Kern A. (Eds), 2007, Langue, économie, entreprise. Le travail des mots, Presse Sorbonne nouvelle.

Le projet sera porté par une équipe pluridisciplinaire réunissant des spécialistes en économie, gestion, langues, civilisation[6] (RIME LAB, IRHiS, STL, CECILLE) et impliquant des jeunes chercheurs et doctorant. D’autres équipes pourront être intégrées dans une phase ultérieure.

-        L’IRHiS (UMR 8529 [Univ. Lille, CNRS]) structure des équipes sur les thèmes de l’histoire de l’art, de l’histoire économique et sociale, en déclinant les échelles d’étude, du local à l’international. Il s’attache entre autres à mettre en avant des thèmes de recherche liés à l’innovation (p.e. patrimoine et nouvelles technologies)

-        RIME LAB (Recherche Interdisciplinaire en management et en Économie) est un laboratoire commun de recherche entre les Universités Lille-Sciences et Technologies, Lille-Droit et Santé, Lille-Sciences Humaines et Sociales, d’Artois et de l’Ulco. Il est labellisé Équipe d’Accueil référencée EA 7396. Il est affilié à la Maison européenne des sciences de l'homme et de la société (MESHS)

-        STL : Laboratoire de recherche pluridisciplinaire, l’Unité Mixte de Recherche 8163 « Savoirs, textes, langage » (STL) réunit, depuis janvier 2006, des linguistes, des philologues, des philosophes et des historiens des sciences autour de la question du sens et son rapport à la forme.

-        CECILLE (Centre d’études en civilisations, langues et lettres étrangères) : l’EA 4074 est un grand pôle de recherche de l’université Lille SHS en langues et interculturalité.

Le projet a également pour ambition de concourir à l’atteinte des objectifs du projet d’établissement de l’Université de Lille. Dans l’optique de « Mieux articuler Recherche et Formation dès la Licence » nous  souhaitons sensibiliser les étudiants des formations de Langues Étrangères Appliquées aux travaux de recherche, en les impliquant dans la réflexion préalable, la conduite des enquêtes et la mise en place des outils d’accompagnement des PME, dans le cadre de leurs enseignements de Management et Marketing international. Les implications stratégiques et les outils opérationnels issus de ce travail de recherche seront également valorisés au sein des enseignements managériaux dès la deuxième année de Licence.

Les réunions, programmées avec les enseignants-chercheurs de la HoGent, se donnent les buts suivants :

  • en préambule, retracer brièvement l’histoire des marchés transfrontaliers de la région pour recontextualiser dans le temps la problématique
  • définir de manière précise le périmètre géographique de l’étude et les langues concernées
  • constituer une liste d’interlocuteurs utiles pour le ciblage de secteurs pertinents
  • faire un état des lieux, recenser des documents/bibliographie et des actions qui ont été réalisés par le passé (Interreg III Linguatic et Interreg IV Cobalt)
  • repérer les bonnes pratiques et les échecs passés et actuels pour bénéficier de l’expérience d’acteurs de terrain aguerris et ainsi construire de manière plus efficace questionnaires et outils
  • établir une grille de critères pour la sélection des entreprises (taille, pertinence du secteur pour la Région et pour Interreg…)
  • dresser le questionnaire d’enquête et le contenu d’une stratégie linguistique et culturelle
  • dresser l’architecture des outils opérationnels
  • rédiger le projet en vue de son dépôt

Teaching European History in the 21st Century (Erasmus+)

Erasmus+ -> 01/09/2019–31/08/2022

Responsable : Justine Faure

The project "Teaching European History in the 21st Century" (TEH21) brings together experts in the fields of European history, innovative didactic methods, and the development of innovative teaching materials from seven countries (Germany, Spain, Czech Republic, Hungary, the United Kingdom, France, and the Netherlands). The focus of the project is the collaborative development of English-language teaching material for courses in early modern, modern and contemporary European history that allows Higher Education Institutions to internationalise their curriculum.

=> pour en savoir plus

ISite 3i Cross-border Collaborations => 2021-2022

Responsable : Sylvain Lesage

This project aims to strengthen informal collaborations between members of research teams in Lille and Ghent, around a corpus of comics available at the University of Ghent.

It aims to contribute to the history of transnational cultural circulations and cultural transfers (processes of translation and adaptation, the evolution of privileged genres, or the effects of imitation between magazines). It also plans to question the discourses on comics, thanks to a unique corpus of fanzines (magazines produced by fans), which offer an unprecedented inventory of the ways of considering and thinking about comics in the 1960s, 1970s and 1980s, when this cultural form was going through a process of legitimation.

=> pour en savoir plus

ANR -> 01/10/2013–31/03/2017 ; CIERA -> 01/07/2014–01/09/2014 ; DG Patrimoine -> 05/11/2015–31/12/2015 ; ISite -> 01/03/2019–15/08/2019 ; CNRS Prématuration 1 -> 01/06/2019–30/05/2020 ; CNRS Prématuration 2 -> 01/06/2020–?

Responsable : Mathias Blanc, IRHiS & FR SCV

Ce carnet présente les avancées du projet de recherche VISUALL (2013-2017), lauréat de l’appel 2013 du programme Retour Post-Doc de l’ANR, qui propose à la communauté scientifique francophone une ouverture sur les débats interdisciplinaires en Allemagne et dans les pays de langue allemande ayant pour objet l’image, la visualité, les pratiques et cultures visuelles.`

=> Site Visual
et
=> Ikonikat